Joseph Diouf tue le responsable de la mort de son frère et est incarcéré pendant 25 ans. Pendant son séjour, il fait la connaissance de Mamadou Sarre avec qui il partage une partie de sa vie. En 2042, à sa sortie de prison, il part en France pour soigner une prostate qui l’affaibli depuis plusieurs année. C’est seul, installé dans un parc de la capitale française que « Jo » comme le nomme son amant Mamadou surnommé « Ching » qu’il refait le film de sa vie.

Khadi Hane par la voix de « Jo » le narrateur nous fait découvrir quelques perles : Joseph Diouf miné par ses pensées morbides et sa relation sécrète avec Ching. Patrick Diouf, le syndicalisme qui dénonce tout ; le chinois envahisseur, l’inertie des responsables politiques dakarois… Catherine Diouf, la mère célibataire enfermée dans son silence depuis le départ de son mari. Wong le chinois présumé assassin et responsable de tous les maux. 
L’auteur fait également une anticipation sur l’avenir et nous fait découvrir un Dakar des années 2040 où la présence du Chinois et la pauvreté poussent de plus en plus les autochtones à s’exiler dans les campagnes pour espérer une vie meilleure.

Lire le roman « Demain, si Dieu le veut » de Khadi Hane, Éditions Joelle Losfeld, Paris 2015