Abbe Ngayihi  a dit : « Je ne suis pas un chanteur, c’est pour cette raison que j’aime bien accompagner mes albums de texte qui dit l’esprit de chaque titre »

À l’origine, il y a une idée qui se matérialise d’abord par le texte et ensuite la musique. C’est ainsi que j’ai reçu le nouvel album d’Abbe Ngayihi. Un condensé de culture Ekang qui emprunte les chemins des sens pour nourrir nos émotions et celui du cœur pour toucher les choses de l’esprit.

Abbe à bien fait et il est content. Moi aussi. Cela lui a pris du temps, un temps long et le résultat est là. Dix titres qu’on apprécie dans toutes les circonstances, du réveil à la fin de la journée : le son est bon.

Achetez l’album, lisez le livret, écoutez la musique et partagez votre expérience.

Voici la mienne :

La première fois que j’ai vu l’album, mon attention a tout de suite été retenue par les illustrations.  Des traits de crayons qui donnent les contours des musiciens qui y ont joué, et enjolivent la pochette, le CD et le livret qui vont ensemble. J’ai ensuite lu le contenu du livret et enfin je me suis mis à l’écoute.

Chaque titre de l’album à une saveur singulière, qui mis bout à bout, reconstruit un parcours et raconte une histoire, celui du retour au village, des retrouvailles avec ses racines : « Owé me mà yén atàn !! (Oui j’ai revu le village !!) / Retrouver ce chemin de terre / Respirer ces senteurs » Atàn [Titre 1 – 8mn19’’]

Un retour au village nous plonge dans l’enfance, car « Chacun de nous a gravé dans son cœur / Un souvenir, tout petit, hérité de son enfance / Un cadeau qui de temps en temps refait surface » Ikom a mbass [Titre 2 : 7mn00’’] 

Un retour au village qui remet dans notre mémoire ce que nous sommes ; « les Mvog namni, querelleurs, bagarreurs, impétueux, courageux, facétieux, tenaces, festoyeurs » Mvog Namni [Titre 3 – 5mn42’’]. Il nous rappelle également que nous sommes d’abord enfants d’Afrique, bantous, Béti, Eton, Ewondo et fiers de l’être : « Bî bongo Ewondo / Bî bongo Béti / Bî a djem Bikutsi » Bongo Ewondo [Titre 5 – 4mn40’’].

Abbé interroge ce peuple qui est le sien et également le nôtre : sur le mensonge, « Alors cesse tes mensonges, mon amour / Je t’aime et c’est pour la vie, mon amour » Minal mi [Titre 4 – 5mn09] ; sur la paix, par « La voix de la princesse Amand’la / La voix d’une princesse éprise de paix / La voix d’une fée bénissant sa terre : L’Afrique » Amand’la [Titre 6 – 5mn34’’ ] ; sur la vengeance, « Tu es entrée dans ma vie ma chérie / Et tes amants aussi t’ont suivi ma chérie / Encore ce coup de bambou /… / Je t’ai accueilli comme je te banni aujourd’hui / Et il est pour toi cette fois, le coup de bambou » Bambou [Titre 7 – 4mn20’’] ; sur l’alcoolisme avec le personnage de Ndjana qui aime vraiment l’odontol mais n’est pas soûlard, « Surtout celui du matin qui te réchauffe bien / Et puis celui de sept heures trente, il est bon celui-là ! / Et celui de huit heures aussi… / Même celui d’après… / Et puis celui d’après encore…  » Ndjana [Titre 8 – 5mn02’’] ; sur la condition de l’homme, un homme qui disparaît et laisse place à un corps sans âme, des numéros, « Pitié ! Pitié ! J’ai une âme / Je suis vivant ! Je suis humain ! / Plutôt qu’un chiffre / Ou un nombre / Mettez un visage… / Juste un visage… Pour plus d’humanité. » Ledger [Titre 9 – 8mn17’’].

Abbe nous oblige avec cet album rythmé et harmonieux, à reconsidérer nos parcours et à envisager de nouvelles expériences. Surtout, il ne manque pas de le dire en mot et en musique : « Au commencement une idée, comme un souffle / Puis ce souffle grandi comme une nécessité, une urgence / Et l’idée s’échappe, de cette âme vers l’âme voisine / Un unisson envers et contre tous / Il faut transmettre l’idée, convaincre, une nécessite disais-je / La voilà qui prend vie s’envole, comme une épidémie » Pompol [Titre 10 – 4mn53’’]

Lisez et écoutez le message du village, Atàn

Atàn, Abbe Ngayihi, Jazz Ants 2015

Avec :

Abbe Ngayihi (Piano, Composition, Arrangements), Terrence Ngassa (Trompette), Jean-Baptiste Tarot (Saxophone Alto), Jean-Jacques Elangue (Saxophone Tenor), Pierrick Biffot (Basse Electrique), Jean-Baptiste André (Contrebasse), Guy Nwogang (Batterie), Ronan Despres (Batterie), Mickaël Jamier (Batterie)

Contact booking : +33 (0)6 67 70 05 65 / Email : booking@jazzants.com