Je viens de terminer la lecture d’un conte inédit qui m’a fait penser à d’autres textes dans le même genre, qui produit un réel doute entre le naturel et le surnaturel, le possible et l’impossible. Ces textes sont parfois très anciens comme l’histoire du magicien Djédi vers – 2575, un personnage capable de trancher la tête d’une vache et de la remettre en place ; ou des textes d’aujourd’hui comme l’histoire de Coumba l’orpheline dans les contes de Ndayane où un cheval est capable rien qu’avec son crottin de construire une montagne. Ce genre d’histoire est récurrent dans le quotidien africain et constitue une caractéristique de la littérature africaine à travers les âges. Patrick Mguema Ndong sur la Radio Africa N°1 a pendant des décennies tenu en haleine des générations d’auditeurs avec « L’aventure mystérieuse ». 

Magie ou science, voici le combat de Balla contre le buffle-génie décrit par le narrateur de Kourouma dans « Les soleils des Indépendances » pages 124 et 125 : « L’homme savant et expérimenté qu’était Balla comprit tout de suite qu’il avait affaire à un buffle-génie, et il sortit le profond de son savoir. […] L’homme prononça une incantation grâce au pouvoir de laquelle il balança son arme qui se maintint à hauteur d’arbre entre ciel et terre ; une autre incantation, et Balla fut transporté et assis sur son fusil aussi confortablement que dans un hamac et trop haut pour être inquiété par le buffle. Mais le buffle était aussi savant que l’homme et l’animal se métamorphosa en aigle et piqua ses serres en crochets sur Balla qui ne dut son salut qu’à une nouvelle incantation, grâce à laquelle il se transforma en aiguille, le chasseur n’échappant toujours pas aux poursuites du buffle qui se fit fil, et le fil rampa promptement pour pénétrer dans le chas et soulever l’aiguille. Rapidement, d’aiguille Balla se métamorphosa en brindille pour se soustraire du fil rampant, et la brindille disparu entre les herbes. Le buffle pourchassa toujours et se fit flamme et la flamme se mit à consumer la brousse, la fumée de l’incendie s’éleva, le crépitement de la flamme se mit à assourdir et le remue-ménage gagna toute la brousse. Profitant de ce remue-ménage, Balla, grâce à une dernière incantation, surprit la bête par un avatar de maître. Notre chasseur se fit rivière et la rivière noya la flamme, éteignit le dja de l’animal, le vital de l’animal, qui perdit magie et conscience, redevint buffle, souffla rageusement, culbuta et mourut. » 

Lire Ahmadou Kourouma, Les soleils des Indépendances, Éditions du Seuil, Paris 1970
Écouter en podcast Patrick Nguema Ndong dans « L’aventure mystérieuse » http://laventuremysterieuse.com/

#2017Lire1LivreParMois #juin2017